4 signes de mal être chez l’adolescent – Partie 2/2

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le brillant Arthur Rimbaud lui même écrivait « Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage traversé ça et là par de brillants soleils ». Une manière tout à la fois poétique et charmante de faire référence à cette période trouble et souvent emplie d’errances qu’est l’adolescence. Un passage de la vie auquel l’on ne peut déroger mais qui s’avère souvent problématique et douloureux. Impression de langueur sans fin, errements identitaires, premiers cœurs brisés et incertitudes sont le lot de beaucoup. Et la pandémie actuelle n’a rien fait pour améliorer les choses ; bien au contraire. Nombre de jeunes gens ont développé, à la faveur des différents confinements, des troubles alimentaires ou d’humeur. Lesquels peuvent devenir véritablement critiques et impacter durablement la santé physique et mentale de ces derniers. Dès lors, comment reconnaître un adolescent en détresse ? Quelques indices ne trompent pas et devraient vous alerter. Bien évidemment, l’irritabilité de votre enfant et la conduite addictive en font partie. Mais d’autres signaux, plus subtils, ne doivent pourtant pas être ignorés.

L’isolement

Si votre adolescent, auparavant tout à fait sociable, se met brusquement à rester dans un coin ; il est tout à fait légitime de vous en inquiéter. Car si certains loisirs (notamment les jeux en ligne ou jeux vidéo) contribuent à générer ce type de comportement ; celui-ci n’est jamais bon. Les philosophes vous le diront : l’homme est un animal sociable. Et si votre adolescent refuse subitement des voir ses amis ou de passer du temps en famille alors qu’il ne s’en était jamais plaint avant, il convient d’être tout particulièrement vigilant.

Une baisse conséquente du niveau scolaire

Autre fait qui peut attirer l’attention sur le mal-être d’un adolescent ; la chute des notes. Car une personne préoccupée ou malheureuse aura tendance à délaisser tout ce n’est pas intrinsèquement relié à l’objet de ses tourments. Cela peut aussi traduire un véritable découragement. Lequel peut encore être accru par la situation actuelle, inédite et extrêmement frustrante pour ces jeunes qui doivent gérer tout à la fois les affres de l’adolescence et ceux de ce quotidien face auquel l’on se sent tous si impuissants

Dans ces cas là, il est essentiel d’en parler. Bien entendu, il est important de respecter son intimité et de lui laisser suffisamment d’espace pour se construire. Mais il est aussi essentiel qu’il sache pouvoir trouver une écoute et des conseils en cas de besoin. Et ce qu’il s’agisse d’une oreille familiale ou plus extérieure.

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.

mattis quis sit dolor. et, ipsum Praesent